Le BrabanSon du Dour 2016 avec La Chillzone

couv_dour_2016
Tweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Facebook

Partenaire de crime (oui ça sonne mieux en anglais), complice musicaux  et chasseurs de talents comme nous, La Chill Zone a invité LaFaceB pour vous parler du Dour belgo-belge, retranscription de notre chronique.

Alors oui mes excuses, je vais commencer cette chronique en jouant un peu d’un hipsterisme quasi galvaudé à coup de néologisme comme je viens de le faire mais je voudrais vous parler d’un artiste un tantinet mainstream qui ouvrira le bal de Dour 2016. Alors il s’agit de qui ? Il s’agit de Netsky qui clôturera l’ouverture de la Last Arena mercredi prochain tandis que DC Salas, DJ bruxellois orienté house/deep aura l’honneur d’inaugurer la toute première édition de la Cubanisto Dancing. Allez passons aux choses sérieuses, on part pour un tour de Dour scène après scène. Vous en dites quoi ?

Commençons par la plus grosse (c’est le nom de ma sextape d’ailleurs), la Last Arena, ou The Last Arena pour les plus bilingues d’entre vous, qui ne se la joue pas tellement noir jaune rouge cette année. Dour a programmé ce qui refait un peu surface depuis le début 2016 avec Dalton Télégramme et son premier album Sous La Fourrure ou encore (et surtout) Sharko qui brise un silence septennal avec You Don’t Have To Worry sorti en avril dernier. Y’aura aussi Senamo et Seyté qui naviguent or des eaux de La Smala depuis quelques mois déjà ou encore le rappeur Akro, membre du mythique groupe Starflam, et vous allez adorer son titre Mémoire Vive.

Jeudi | Seynamo & Seyté
Vendredi | Dalton Télégramme, Sharko
Dimanche | Akro

Maintenant qu’on est un peu « hip a hop, you don’t stop« , je vous emmène sur la Boombox de Dour dont on aura vite fait le tour (désolé Antoine, aujourd’hui je te pique ta chronique slam) parce qu’en fait mise à part Nixon et STIKSTOF, les trois autres sont soit les incontournables du moment avec Roméo Elvis & Le Motel, Woddie Smalls ou Caballero et JeanJass, soit les résidents du festival depuis tellement d’années que je me demande s’ils n’y djsettaient pas déja en 1989 avec les premières tentes. Vous l’aurez compris je parle ici de Lefto.

Bon du coup, puisqu’il me reste que Nixon et que je me vois mal mieux montrer que lui son immense talent (oui je fais dans la flagornerie aujourd’hui) et bien je vais vous passer les bruxellois STIKSTOF avec leur dernier titre Ja Dan. Et oui du flamand. Chouette hein ? J’ai hésité à vous passer ça ou leur autre titre Dobberman qu’ils ont fait en featuring avec Roméo Elvis.

Jeudi | Nixon
Vendredi | Caballero & JeanJass
Samedi | Roméo Elvis & Le Motel, Moodie Smalls, Lefto
Dimanche | STIKSTOF

Pour rester un peu dans l’underground parallèle, Dour a programmé une journée 100% belge reggae/dub le jeudi sous l’égide de ReggeaBus Soundsytem. Alors il faut savoir que le ReggeaBus est comme son nom l’indique donc un soundsystem, ils sont bruxellois et il chapoteront le Dub Corner de Dour pour cette année. Donc concrètement ils ont voulu la faire simple, vendredi samedi dimanche les internationaux, jeudi les locaux. Du coup on pourra aller écouter ce qu’eux déjà font puisqu’ils ouvrent la scène tous les jours, mais aussi Black Pearl Sound, Reservoir Dub ou encore le Liège Dub Faction. Si vous voulez allez headbanger vous ne manquerez Steak Number Height, The Black Heart Rebellion ou encore Black Mirrors qui seront tout trois le jeudi à la Cannibal Stage.

Jeudi | Reggaes SoundSystem, L.D.F., Reservoir Dub, Black Pearl Sound, Black Mirrors, The Black Heart Rebellion, Steack Number Height

Dans un registre similaire à La Petite Maison Dans La Prairie, vous pourrez allez déguster le rock sexuel de Victoria + Jean en couple sur scène comme dans la vraie vie, ou plus britpop des Liégeois de The Scrap Dealers. Et dans un registre pas du tout similaire cette fois, allez goûter la pop homérique de BEFFROI, c’est immanquable.

Jeudi | BEFFROI
Vendredi | Victoria + Jean,
Samedi | The Scrap Dealers

Oh mais… c’est Pomrad qu’on entend là ? Bon alors, restons sur de la pop avec la Jupiler Dance Hall. Pomrad, c’est un peu un des chouchous de LaFaceB. Pomrad est un Anversois qui une solide formation du conservatoire de piano et mani avec agilité et dextérité pléthore de claviers pour donner un son electropop subtilement chaotique (et quand j’utilise des oxymores c’est que c’est que je prends mon pied). Il y a aussi Ulysse qu’on connait tous (et si pas, foncez c’est de la bonne). Les bruxellois ce sont rapidement imposés sur la scène electro pop belge depuis les trois dernières années. A côté, il y aura aussi Kenji Minogue qui est un peu notre Salut C’est Cool national (et ceux qui me connaissent savent que ce n’est pas un compliment). Plus intéressant, l’électronique planante de Stereoclip ou jazzy d’Oyster Node (ce groupe est canon. Vraiment). Mais j’ai préféré prendre un peu de risque avec vous et vous passez la pop francophone de Témé Tan et son titre Amethys.

Jeudi | Ulysse, Pomrad
Vendredi | Oyster Node, Kenji Minogue
Samedi | Stereoclip
Dimanche | Témé Tan

Au niveau du Labo, y’a ceux dont on parle déjà beaucoup et que je ne présente plus comme Dan San, La Jungle et Blondy Brownie qui passent d’ailleurs tout le vendredi. Vous savez quoi ? Je vais finir par déclarer ce vendredi comme le mainstream day de Dour. Oui môssieur, je dénonce. Plus sérieusement, le Labo propose aussi de chouette groupe comme Moaning Cities qui mélange un peu de tout pour donner un rock planant et éclectique ou encore One Man Party qui a décidé de délaisser ses tambours de batteur de Soulwax pour aller battre la mesure en solo sur son pad. Et si vous me permettez, je voudrais faire une pause pipi sur le bruxellois Haring avec ses nappes planantes et sa rythmique aux claps dégeulasses (disons-le) mais qui passent merveilleusement bien. En tant que fan d’M83, de Bonobo et d’un peu toute cette nouvelle scène ambient, je ne vous cache pas que c’est mon coup de cœur du Labo. Mais j’aimerai plutôt vous parler d’un quatuor Bruxellois, Why The Eye, qui joue à visage déguisé sur des instruments fait maison que je n’ai toujours pas réussi à identifier pour tout vous avouer. Mais en tout cas, on y retrouve ces sonorités bien dub et électronique de la scène émergente house techno des années 90 (d’ailleurs, difficile de ne pas penser à Homework sur ce passage et oui la comparaison est facile je sais). Mais là je vous propose d’écouter un extrait de leur version live au Bootenance de Plastique.

Jeudi | Haring
Vendredi | Blondie Brownie, La Jungle, Dan San, One Man Party
Samedi | Moaning Cities
Dimanche | Why The Eye

Puisque je vous vois vous trémousser derrière vos micros, allons voir du coté de la Cubanisto Dancing. Cette fois, les rageux ne diront mot, parce que difficile de ne pas avouer une sélection aux oignons pour cette première édition. Alors oui, y’a toujours les habitués du festival comme Lefto et Hugo Freegow ou quelques grands noms du moment comme Le Motel et je n’oublie pas l’interbranlette des 10 ans du label liégeois FormaT et tous le copinage de Mathieu Fonsny (a.k.a Surfing Leons et programmateur de Dour). A vrai dire j’aurais aimé un peu jouer les haineux et y manier la critique facile, mais vous savez ce qu’ils ont fait ? Ils ont programmé Kong. Résident de 22 tracks et programmateur sur StudioBrussels, Kong renoue avec cette house des années 90-2000, c’est un petit bijou de notre plat pays et j’aimerais bien qu’on le nomme trésor national (ou bijou du roi mais ça serait bizarre). A côté de ça il y a NevrLand qui est le nouveau projet d’un artiste que j’aime énormément, un petit crack de l’analogique: François Boulanger. On connait surtout sous le pseudonyme de Ssaliva mais aussi sous celui de Cupp Cave que vous avez peut-être entendu sur l’EP éponyme des Girls In Hawaii avec son remix de Misses. Il revient ici avec Munix un des fondateurs de la Folie Douce, label bruxellois qui s’intéresse à de l’électro entre plunderphonics et ambient, assez expérimental et qui propose dans son catalogue (je vous le donne en mille) Surfing Leons et oui. Mais pour finir cette longue longue chronique sur une note nostalgique, je vous propose d’écouter Olvo, jeune Namurois qui a signé chez Low Kick Records et qui sera là le dimanche à la Cubanisto Dancing juste avec ses prod électronique et son beatmaking onirique.

Jeudi | Nevrland
Vendredi | Hugo Freegow
Samedi | Kong, Surfing Leons
Dimanche | Olvo, Le Motel, Lefto

L’émission complète en podcast (notre chronique à partir de la 44ième minute)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *